micro-trottoir_edited.jpg

Actualités Côte d'Azur

Reportages SmartRadio

Me Paul Sollacaro entendu ce jeudi par l’inspection générale de la Justice


Maître Paul Sollacaro explique avoir été expulsé manu militari le 11 mars / Photo d'illustration

Le Premier ministre avait demandé une enquête après son expulsion d’une salle d’audience par des policiers à Aix-en-Provence L’avocat niçois Paul Sollacaro a été entendu ce jeudi matin par l’inspection générale de la justice à la suite de son expulsion en pleine salle d’audience, par des policiers, au premier jour d’un important procès pour trafic de drogue à Aix-en-Provence le 11 mars dernier.


Ce jour-là, Me Sollacaro et le président d’audience Marc Rivet ont eu un désaccord à propos de la présence du client de l’avocat positif au Covid-19. « J’avais demandé la disjonction de son cas et qu’il soit donc jugé plus tard ce qui m’a été refusé. J’ai donc dit que je l’allais l’appeler et qu’il allait donc venir se défendre car il risque une lourde peine », raconte l’avocat. C’est à ce moment là que le ton monte entre les deux hommes. Le magistrat ordonne alors l’expulsion de Me Sollacaro. Celui-ci se retrouve cerné par des forces de l’ordre, huit policiers selon lui, puis est fermement empoigné pour être sorti de la salle « alors qu’il était en robe et dans l’exercice de ses fonctions ».


L’affaire a provoqué des remous dans la justice jusqu’au sommet de l’Etat. Ces dernières semaines, de nombreuses manifestations d’avocats ont été organisées devant des tribunaux, dont Nice et Marseille, pour soutenir leur collègue. Une lettre du conseil national des barreaux a été envoyée au Garde des Sceaux Eric Dupont-Moretti, lui même ancien avocat.


Me Paul Sollacaro a également déposé plainte mercredi auprès du Conseil supérieur de la magistrature. Il avait déposé une première plainte pour violences aggravées contre le magistrat et les policiers, peu après les faits auprès du parquet général.


Le 16 mars, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait annoncé, lors des questions orales à l’Assemblée nationale, que le Premier ministre allait saisir l’inspection générale de la Justice. Ses conclusions devraient être connues d’ici à la fin du mois ou début avril. Matthias Galante

Adresse

31 rue de Paris
06000 Nice

Contact

redaction [at] smartradio.fr

Nous suivre

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

04 23 13 53 62

©2020 Agence SmartRadio